Histoires d’escaliers. Rentrée scolaire

La rentrée scolaire ? Déjà ?

(English version, click here)

La rentrée scolaire arrive toujours trop vite pour les enfants. À l’époque de Doudou et Danny, elle n’arrivait pourtant qu’après la fête du Travail, au début septembre.  Même à l’école publique, il fallait remettre les uniformes, tuniques bleues et blouses blanches pour les filles, pantalons gris et chemises blanches pour les garçons. Cet uniforme nous semblait si chaud en ce début septembre souvent plus ensoleillé que les derniers jours de l’été.

La rentrée scolaire arrive toujours trop tôt pour les enfants.

La rentrée scolaire arrive toujours trop tôt pour les enfants.

 

Histoires d’escaliers (La vie au foyer)–Stairway Stories (Life at home)

La vie au foyer. Montréal 1950.

Doudou et Danny reprennent leurs aventures. On les retrouve dans la vie de tous les jours,celle de Montréal dans les années 1950.  La vie au foyer, cette-fois-ci, avec ses petites corvées, ses plaisirs et ses déceptions.  Le quatrième album de la série Histoires d’escaliers est donc en train. Voici la première case de la toute première page, en noir et blanc et sans le texte.

Life at home. Montreal, 1950.

Doudou and Danny are coming back. We find them in their daily life, the kind of life kids had in Montreal in the 1950s. Life at home, with its chores, its little pleasures and disappointments. The fourth book in the Stairway Stories is underway. Here’s the first panel of the very first page, in black ink and no dialogs.

La première case de la première page de l'album 4 de Histories d'escaliers

Histoires d'escaliers. Stairway Stories.

Bonne Sainte-Catherine!

La tire Sainte Catherine

Bon, je suis un peu tard mais la journée n’est pas finie. Et puis, j’ai encore plein de “clennedaques” à manger…J’ai décidé à la dernière minute de faire un petit montage vidéo avec l’histoire sur la tire Sainte-Catherine tirée de mon deuxième album de la série Histoires d’escaliers: Sur le chemin des écoliers. C’est toujours très long, ces petits montages. Et je ne suis pas encore très habile.

Je pense que la Sainte-Catherine ne se fête plus dans les écoles du Québec. C’est dommage. Dans le contexte des écoles, cette fête n’avait rien à voir avec les vielles filles de 25 ans , ces Catherinettes qui coiffaient la Sainte-Catherinette.  Cette fête était en l’honneur de Marguerite Bourgeoys, notre première institutrice.  Et on y mangeait de délicieux bonbons appelés, selon la région,  “clennedaques”, “kiss” ou encore tire Ste-Catherine.

Un peu d’aide avec le vocabulaire:

Tire, tire à la mélasse, tire Sainte-Catherine : Friandise faite à base de mélasse.  Le mot tire vient du fait que, une fois le mélange refroidi, il faut bien l’étirer avant de le couper en petits morceaux. Les bonbons sont alors enveloppés dans des papillotes. On les appelle aussi clennedaques et kiss. Ces friandises sont très populaires aussi à l’Halloween. Cette tire est différente de la tire d’érable, qui, elle,  est faite à partir d’eau d’érable bouillie.

En me penchant sur cette histoire de l’année passée, je me rends compte à quel point mon style a changé en un an…J’ai beaucoup appris… Il y a deux ans, je prenais mon premier cours de BD! Et je continue…

C’est toujours plaisant!

Allez voir le vidéo: La tire Sainte-Catherine sur You Tube

 

Marguerite Bourgeoys et la tire Sainte-Catherine.

 

 

 

 

Jeu de pénitence–Penance game

(English translation, below)

Un nouveau jeu!

Les planches se succèdent. Crayonné et encre, le jour. Couleur, le soir. L’avantage de faire le crayonné et l’encre le jour, c’est que je peux m’asseoir dans la cour pour travailler. Puis, comme c’est la Californie, je sais qu’il ne va pas pas pleuvoir. Pas avant tard dans l’automne, normalement. Ok. je fais ma fraîche, là…

Voci les premières cases d’une histoire en deux pages. En noir et blanc, seulement. J’ai pris du retard pour la couleur. Les journées sont trop belles….Ok, je fais ma fraîche encore…

Doudou et ses compagnes sont revenues de la confession. C’est le temps de s’amuser. La meilleure amie de Doduou, Marion Labelle, l’interpelle…

La confession est finie. C'est le temps de jouer.

 

Mais quel est donc ce nouveau jeu qui fait tant rire les écolières? Les enfants ont trouvé un moyen de dédramatiser la confession…

 

Laisse-moi deviner qui t'a confessée?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A new game!

Pages are coming along pretty well now. Pencilling and inking during the day. Coloring at night. I like doing the pencilling and inking during the day because I can do it sitting in my backyard. And, because it’s California, I know it won’t rain…At least, not until late in the fall. Ok. I know…I’m bragging…

Here are the first panels of a two-page story. Pencil and ink, only. I’m falling behind with the coloring. The summer days are too beautiful…Ok. I’m bragging again…

Doudou and her friends are back at school after confession. It’s time to play, now. Doudou’s best friend, Marion Labelle, calls her…

Confession is over. Let's play!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

What’s  that new game that makes the schoolgirls laugh so much? The children have found a way to de-dramatize confession…

 

 

Un nouveau style

Bon, je voulais essayer quelque chose de différent et c’est fait. Je ne suis pas très contente. Je vous montre trois petites cases extraites d’une de mes dernières planches.  Dites-moi ce que vous en pensez. Voici celles en noir et blanc, le crayonné (avec les erreurs qui seront corrigées plus tard, avant de mettre la couleur). La version couleurs est dans “Histoires d’escaliers”. Cliquez-ici.

L’encre.

Voilà, j’ai fini de mettre l’encre sur ma planche. Mais que de problèmes hier soir et ce matin! D’abord, le scanner qui fait des siennes et me coupe une partie de ma planche sans que je m’en rende compte. Ensuite, je dois approfondir mes connaissances de Photoshop. Merci Google! Bon, je crois que la version noir et blanc de la planche est maintenant finie. Vous voulez-voir la première case et comparer avec le crayonné? Cliquez ici!