Crayons, pinceaux et papiers.

Crayons, pinceaux et papiers.

À la recherche d’une bonne combinaison de crayons (ou pinceaux) et papiers pour les illustrations de mon nouveau blogue Une année sans alcool.

Dans le billet de cette semaine sur mon blogue L’alcool à l’époque de ma mère, j’ai utilisé des crayons de couleur Faber-Castell sur du papier Bristol de Strathmore, série 500, lisse (plate). J’ai ensuite scanné la planche et ajouter l’effet de neige et de lumière extérieure avec Photoshop.

Le journal de Catherine. Crayons de couleur et papier lisse.

Le journal de Catherine. Crayons de couleur et papier lisse.

Voici maintenant un essai avec les mêmes crayons de couleur sur le papier Bristol de Strathmore, série 500 mais avec un fini vélin.

Catherine; Crayons de couleur, papier fini vélin

Catherine; Crayons de couleur, papier fini vélin

Maintenant, avec le même papier Bristol de Strathmore avec un fini vélin, mais cette fois-ci,  avec des crayons-aquarelle. J’ai ensuite peinturé (ou peint, c’est selon le goût) le dessin avec un pinceau et de l’eau.

Catherine: Papier vélin et crayons aquarelle.

Catherine: Papier vélin et crayons aquarelle.

Que préférezvous ? Laissez-moi un commentaire ou écrivez-moi, s.v.p..

P.S.Si seulement mon scanner faisait un meilleur travail et rendait les couleurs plus fidèlement.

La mère est-elle la reine du foyer?–Histoires d’escaliers.

 Lundi, jour de lavage. La reine du foyer…

Voici la deuxième planche de cette nouvelle série d’histoires que je suis en train d’écrire pour mon prochain album de bandes dessinées. Ce sera le quatrième dans la série Histoires d’escaliersJe reprends ici le texte qui accompagnait la publication de la première page de cette histoire que vous pouvez voir en cliquant ici.

Un lundi midi d’automne bien typique. Il pleut et c’est jour de lavage…

À l’époque de Doudou et Danny, les enfants revenaient manger à la maison sur l’heure du dîner. On marchait beaucoup à cette époque. J’habitais à environ un mille de l’école (sans blague!) et une bonne partie du temps que j’avais pour aller dîner chez moi était prise par cette marche entre la maison et l’école. Doudou et Danny sont dans la même situation. Comme ils vont à la même école (même s’ils ne sont pas dans la même classe), ils font le trajet ensemble et en profitent pour se parler de l’école, de la vie, de leurs joies et de leurs soucis…

En ce lundi d’automne, la maîtresse d’école de Doudou, aborde le sujet des vocations avec ses élèves. Elle y parlera bien sûr de la vocation religieuse, de la vocation d’enseignante, ou encore d’infirmière… On ne parle pas vraiment de métiers aux petites filles à cette époque.  Mais, aujourd’hui, Soeur Saint-Guy-Martyr a décidé de parler d’abord aux enfants de la plus importante des vocations pour les femmes dans le Québec des années 1950 : mère de famille! On les appelle même Reines du foyer! Et qui est mieux placée pour expliquer aux petites filles le rôle important de la mère dans les foyers du Québec, que leur maman elle-même? Ses petites élèvent partent dont, ce midi-là, chez elles avec un devoir bien surprenant : parler à leur mère de leur rôle unique dans la société.

Mais Doudou hésite à aborder ce sujet avec sa mère. Elle sent bien que le temps est peut-être mal choisi…

Suite de l’histoire “Lundi, jour de lavage”. Doudou avait un devoir d’école sur l’heure du dîner: demander à sa maman pourquoi on dit que “la mère est la reine du foyer”. BD de Danièle Archambault

Parlant de lavage et de corde à linge…

Et comme cette histoire parle de lavage et de linge à étendre sur la corde, voici une petite aquarelle que je viens de faire sur ce sujet. Je viens de reprendre les cours d’aquarelle que j’avais commencés à l’été. Je me suis inspirée pour celle-ci d’une photo que ma soeur Jojo a prise du balcon de l’appartement que nous partagions dans le quartier Villeray. Notre voisine avait décidé ce jour-là de laver tous les toutous (toutes les doudous?) de ses enfants. Le résultat fut spectaculaire!

Un lundi, jour de lavage, notre voisine avait décidé de laver tous les “toutous”, “doudous” de ses enfants. Aquarelle de Danièle Archambault à partir d’une photo de Johanne Archambault.

Atelier de croquis haute vitesse avec aquarelle–High-speed sketches with watercolor.

Les planches avancent pour Histoires d’escaliers. Je reprends espoir de finir dans les délais prévus (par moi). En fait plusieurs crayonnés de finis mais il reste encore l’encre et la colorisation. J’aime beaucoup la colorisation mais c’est tellement long…Un autre atelier de croquis à haute vitesse. Cette fois-ci, je plonge et j’ajoute l’aquarelle. Pas facile avec des poses de 90 secondes! Le professeur trouve que ce que je fais est encore trop “dessin” (trop de lignes, trop ressemblant) et pas assez “croquis” (quelques lignes seulement, mais bien choisies).  J’aime les ateliers même si je les trouve épuisants.

More pages done for Stairway Stories. Maybe I’ll be done in time…Actually, I’ve done the pencilling on those pages but I still have to do the inking and the color. I love the colorization process but it takes so much time…Another high-speed sketching workshop. This time I decided to go for it and I used watercolor. Not easy when you only get 90 sec. to do the whole thing! My teacher thinks that  what I’m doing is more “drawing” (too many lines) than “sketching” (just a few well chose lines). I like the workshops although I find them quite tiring.