La fable Le Renard, le Loup et les Raisins. Page deux.

La fable Le Renard, le Loup et les Raisins.

Voici la deuxième planche de ma fable Le Renard, le Loup et les Raisins.  Basée sur celle de La Fontaine Le Renard et les Raisins, elle en garde le même thème: mépriser ce qu’on ne peut avoir. Allez aussi voir le petit vidéo.

Une version de la fable de La Fontaine, voici laLe Renard, le Loup et les Raisins, planche 2 par Danièle Archambault

Le Renard, le Loup et les Raisins. Planche 2. Danièle Archambault

 

 

Conférence sur la langue, la culture québécoise et la série “Histoires d’escaliers”. Puis, une fable…

Une fenêtre sur la langue et la culture québécoise: la série de BD “Histoires d’escaliers”. Conférence à lAmerican Association of Teachers of French, Northern California Chapter

Je suis invitée à donner une conférence samedi le 4 février à l’American Association of Teachers of French, Northern California Chapter, dans le cadre de leur Journée de Printemps. On me demande de parler de ma série de BDs Histoires d’escaliers et de la vision de la langue et de la culture québécoise que j’y donne. J’ai bien hâte de rencontrer tous ces professeurs de français d’autant plus que la journée se déroule au Center for Educational Research (Ceras) sur le beau campus de l’Université Stanford.

La fable Le Renard, le Loup et les Raisins.

J’ai aussi décidé de mettre les trois planches de ma fable Le Renard, Le loup et les Raisins sur mon site. J’ai présenté les planches sous forme de petit vidéo mais on me demande aussi d’avoir la possibilité de les lire de façon traditionnelle.  Alors voici, la première planche:

Fable d'aujourd'hui par Danièle Archambault. Première planche.

 

Histoires d’escaliers (La vie au foyer)–Stairway Stories (Life at home)

La vie au foyer. Montréal 1950.

Doudou et Danny reprennent leurs aventures. On les retrouve dans la vie de tous les jours,celle de Montréal dans les années 1950.  La vie au foyer, cette-fois-ci, avec ses petites corvées, ses plaisirs et ses déceptions.  Le quatrième album de la série Histoires d’escaliers est donc en train. Voici la première case de la toute première page, en noir et blanc et sans le texte.

Life at home. Montreal, 1950.

Doudou and Danny are coming back. We find them in their daily life, the kind of life kids had in Montreal in the 1950s. Life at home, with its chores, its little pleasures and disappointments. The fourth book in the Stairway Stories is underway. Here’s the first panel of the very first page, in black ink and no dialogs.

La première case de la première page de l'album 4 de Histories d'escaliers

Histoires d'escaliers. Stairway Stories.

Jogging!

Jogging matinal en famille, en Californie du Nord.

En prenant ma petite marche matinal, je croise souvent une petite famille. Maman, grand-maman, petite-fille et petit chien. Le matelas de yoga (ou Pilates?)  sur le toit de la poussette, me laisse penser que cette petite famille accompagne la maman à sa classe d’exercices. Mais pourquoi la poussette de jogging? Pas pour la grand-maman sur le chemin de retour à la maison? Ou bien, mon histoire est à l’envers et c’est la grand-maman qui va à une classe de yoga et la maman qui fera son jogging en revenant à la maison? Mais pourquoi le petit chien, lui, est-il dans la poussette? Il n’a pas besoin d’exercices?

Mais le tableau est beau et les couleurs me font rêver. Un gerbe  de couleurs dans le froid du matin. Oui, oui, il fait froid. 29 F, ce matin.

Family Morning Jogging in Northern California.

While taking my morning walk, I often see this little family. Mom, grand-mother, grand-daughter and the little dog. Because of the yoga mat (or Pilates?) on the top of the stroller, I imagine that this little family is walking the mom to her exercises class. But why a jogging stroller? Not for the grand-mother on her way back home? Or do I have this story wrong? Maybe the yoga mat is for the grand-mother and it’s the mother who will jog on her way back home? But why is the dog inside the stroller? Doesn’t he need exercises too?

However I like looking at them. The combination of colors is always amazing! An array of colors in a quite cold morning. 29 F this morning!

A family with a jogging stroller. Une famille avec une poussette de jogging

Yoga et poussette de jogging. Jogging stroller and yoga.

 

 

Recherche de nouveaux personnages de BD-Looking for new characters fro my comic books.

Bon. Je me remets à la tâche. Le prochain album de la série Histoires d’escaliers va bon train. Voici un petit exercice préliminaire: une recherche de nouveaux personnages. Croquis à la mine, puis encre noire et aquarelle pour la couleur. Pour reprendre la main.

Back to work. Focusing on the next book for Stairway Stories. Here are some sketches: looking for new characters. Pencilling, then inking then watercolor. In order to get back into the mood.

Recherche de personnages. Trying new characters.

Fables d’aujourd’hui: Le Renard, le Loup et les Raisins.

En ce début d’année, je sors de mon cadre habituel et j’explore un nouveau style de dessins et d’histoires. La série Fables d’aujourd’hui débute avec une fable inspirée de celles de Jean de La Fontaine: Le Renard , le Loup et les Raisins. Celle-ci est construite sur le modèle de la courte fable Le Renard et les Raisins et en garde également le thème: mépriser ce qu’on ne peut obtenir. Une version moderne de la fable originale avec une finale légèrement différente. Alors que La Fontaine adresse à ses lecteurs une question de nature plutôt rhétorique: “Fit-Il pas mieux que de se plaindre?”, ici, j’attends d’eux une réflexion: “Vaut-il mieux plaindre que de se plaindre?”.

Mes décors, quant à eux, sont bien Montréalais. Et, pour cette histoire, j’ai quitté le quartier Villeray pour aller…Pouvez-vous deviner le quartier?

Je me suis inspirée pour cette histoire d’abord d’une jeune femme que j’ai rencontrée il y a plusieurs années. Elle m’avait raconté que lorsqu’elle avait dit à un jeune homme qui lui faisait la cour qu’elle était gay, celui-ci lui avait dit, très sérieusement, que c’était parce qu’elle n’avait jamais connu l’amour physique avec un homme. “Parce que, avait-il ajouté, rien ne surpasse le plaisir qu’un homme, un vrai, peut apporter!” Depuis, j’ai entendu plusieurs fois des versions similaires de cette histoire et j’ai été souvent témoin de réflexions de ce genre que certains hommes font en observant un couple de jeunes femmes amoureuses.

Ma fable est dédiée à toutes les femmes qui ont eu à entendre une telle réflexion.

Pour voir le vidéo, cliquez ici.

Le Renard, le Loup et les Raisins. Danièle Archambault.

 

 

 

Joyeux Noël et Bonne Année en vidéo!

Un petit vidéo pour vous offrir mes meilleurs voeux pour Noël et la nouvelle année. J’en profite pour vous présenter les principaux personnages de la série de BD Histoires d’escaliers au moyen de petits extraits de quelques-unes des histoires.

Je me suis beaucoup amusée avec les voix.

J’espère que vous autant de plaisir à regarder le vidéo que j’ai eu à le faire (bon, c’est vrai qu’à la fin je commençais à me demander si j’allais le finir avant les Fêtes…

Pour voir le vidéo, cliquez ici.

 

 

Carte de Noël. Histoires d'escaliers.

 

 

Bonne Sainte-Catherine!

La tire Sainte Catherine

Bon, je suis un peu tard mais la journée n’est pas finie. Et puis, j’ai encore plein de “clennedaques” à manger…J’ai décidé à la dernière minute de faire un petit montage vidéo avec l’histoire sur la tire Sainte-Catherine tirée de mon deuxième album de la série Histoires d’escaliers: Sur le chemin des écoliers. C’est toujours très long, ces petits montages. Et je ne suis pas encore très habile.

Je pense que la Sainte-Catherine ne se fête plus dans les écoles du Québec. C’est dommage. Dans le contexte des écoles, cette fête n’avait rien à voir avec les vielles filles de 25 ans , ces Catherinettes qui coiffaient la Sainte-Catherinette.  Cette fête était en l’honneur de Marguerite Bourgeoys, notre première institutrice.  Et on y mangeait de délicieux bonbons appelés, selon la région,  “clennedaques”, “kiss” ou encore tire Ste-Catherine.

Un peu d’aide avec le vocabulaire:

Tire, tire à la mélasse, tire Sainte-Catherine : Friandise faite à base de mélasse.  Le mot tire vient du fait que, une fois le mélange refroidi, il faut bien l’étirer avant de le couper en petits morceaux. Les bonbons sont alors enveloppés dans des papillotes. On les appelle aussi clennedaques et kiss. Ces friandises sont très populaires aussi à l’Halloween. Cette tire est différente de la tire d’érable, qui, elle,  est faite à partir d’eau d’érable bouillie.

En me penchant sur cette histoire de l’année passée, je me rends compte à quel point mon style a changé en un an…J’ai beaucoup appris… Il y a deux ans, je prenais mon premier cours de BD! Et je continue…

C’est toujours plaisant!

Allez voir le vidéo: La tire Sainte-Catherine sur You Tube

 

Marguerite Bourgeoys et la tire Sainte-Catherine.

 

 

 

 

Madame sorcière–Mrs. Witch

Madame sorcière!

Apparences que quand on n’a plus vingt ans depuis longtemps et que le mois d’octobre vient juste de finir, c’est préférable de ne pas porter sa grande robe de chambre noire pour aller chercher son journal le matin!

P.S. J’ai une grande robe chambre noire parce que je pensais que ce serait amincissant..

Madame sorcière!

 

Mrs. Witch!

When you’re not a young 20-year old anymore and when the month of October is barely over, it’s not a good idea to wear a long black bathrobe to get the newspaper in the morning!

P.S. I got a long black bathrobe because I thought it would be slimming…

Mrs. Witch!