My 2012 Christmas Card is all about Stairways…

Stairway stories: 2012 Christmas card.

My 2012 Christmas cards are ready. Got some printed already, in Montreal. Then, I’ll get the English  version printed in California.The card, this year too, features the characters from my series Stairway Stories.  Here’s an excerpt without  Doudou and Danny but with the famous Montreal stairways, under a blanket of snow. I’m also working on a small video to showcase the card. I am in Montreal this week and it snowed a few days ago. Not enough, though… I’m looking forward to those beautiful winter sceneries.

Stairway Stories. Christmas card 2012. Danièle Archambault

The stairways from my 2012 Christmas card. The characters will be there soon.
Danièle Archambault

La mère est-elle la reine du foyer?–Histoires d’escaliers.

 Lundi, jour de lavage. La reine du foyer…

Voici la deuxième planche de cette nouvelle série d’histoires que je suis en train d’écrire pour mon prochain album de bandes dessinées. Ce sera le quatrième dans la série Histoires d’escaliersJe reprends ici le texte qui accompagnait la publication de la première page de cette histoire que vous pouvez voir en cliquant ici.

Un lundi midi d’automne bien typique. Il pleut et c’est jour de lavage…

À l’époque de Doudou et Danny, les enfants revenaient manger à la maison sur l’heure du dîner. On marchait beaucoup à cette époque. J’habitais à environ un mille de l’école (sans blague!) et une bonne partie du temps que j’avais pour aller dîner chez moi était prise par cette marche entre la maison et l’école. Doudou et Danny sont dans la même situation. Comme ils vont à la même école (même s’ils ne sont pas dans la même classe), ils font le trajet ensemble et en profitent pour se parler de l’école, de la vie, de leurs joies et de leurs soucis…

En ce lundi d’automne, la maîtresse d’école de Doudou, aborde le sujet des vocations avec ses élèves. Elle y parlera bien sûr de la vocation religieuse, de la vocation d’enseignante, ou encore d’infirmière… On ne parle pas vraiment de métiers aux petites filles à cette époque.  Mais, aujourd’hui, Soeur Saint-Guy-Martyr a décidé de parler d’abord aux enfants de la plus importante des vocations pour les femmes dans le Québec des années 1950 : mère de famille! On les appelle même Reines du foyer! Et qui est mieux placée pour expliquer aux petites filles le rôle important de la mère dans les foyers du Québec, que leur maman elle-même? Ses petites élèvent partent dont, ce midi-là, chez elles avec un devoir bien surprenant : parler à leur mère de leur rôle unique dans la société.

Mais Doudou hésite à aborder ce sujet avec sa mère. Elle sent bien que le temps est peut-être mal choisi…

Suite de l’histoire “Lundi, jour de lavage”. Doudou avait un devoir d’école sur l’heure du dîner: demander à sa maman pourquoi on dit que “la mère est la reine du foyer”. BD de Danièle Archambault

Parlant de lavage et de corde à linge…

Et comme cette histoire parle de lavage et de linge à étendre sur la corde, voici une petite aquarelle que je viens de faire sur ce sujet. Je viens de reprendre les cours d’aquarelle que j’avais commencés à l’été. Je me suis inspirée pour celle-ci d’une photo que ma soeur Jojo a prise du balcon de l’appartement que nous partagions dans le quartier Villeray. Notre voisine avait décidé ce jour-là de laver tous les toutous (toutes les doudous?) de ses enfants. Le résultat fut spectaculaire!

Un lundi, jour de lavage, notre voisine avait décidé de laver tous les “toutous”, “doudous” de ses enfants. Aquarelle de Danièle Archambault à partir d’une photo de Johanne Archambault.

Lundi, jour de lavage.

Lundi, jour de lavage. Histoires d’escaliers.

(The English version is coming very soon!)

J’ai été occupée par toute une variété de projets ces derniers mois, mais j’arrive quand même à travailler un peu (trop peu à mon goût) sur le quatrième album de la série Histoires d’escaliers.  Voici la toute première planche de cette nouvelle série d’histoires. Un lundi midi d’automne bien typique. Il pleut et c’est jour de lavage…

À l’époque de Doudou et Danny, les enfants revenaient manger à la maison sur l’heure du dîner. On marchait beaucoup à cette époque. J’habitais à environ un mille de l’école (sans blague!) et une bonne partie du temps que j’avais pour aller dîner chez moi était prise par cette marche entre la maison et l’école. Doudou et Danny sont dans la même situation. Comme ils vont à la même école (même s’ils ne sont pas dans la même classe), ils font le trajet ensemble et en profitent pour se parler de l’école, de la vie, de leurs joies et de leurs soucis…

En ce lundi d’automne, la maîtresse d’école de Doudou, aborde le sujet des vocations avec ses élèves. Elle y parlera bien sûr de la vocation religieuse, de la vocation d’enseignante, ou encore d’infirmière…On ne parle pas vraiment de métiers aux petites filles à cette époque.  Mais, aujourd’hui, Soeur Saint-Guy-Martyr a décidé de parler d’abord aux enfants de la plus importante des vocations pour les femmes dans le Québec des années 1950 : mère de famille! Et qui est mieux placée pour expliquer aux petites filles le rôle important de la mère dans les foyers du Québec, que leur maman elle-même? Ses petites élèvent partent dont, ce midi-là, chez elles avec un devoir bien surprenant : parler à leur mère de leur rôle unique dans la société.

Histoires d'escaliers. Lundi, jour de lavage.

Lundi, jour de lavage et jour de pluie. Histoires d'escaliers.

Carnet de croquis à Palo Alto-Palo Alto Sketchbook

Bon, je dois recommencer à faire des croquis. Je n’ai pas dessiné depuis trop longtemps.

Merveilleuse journée ensoleillée et chaude aujourd’hui. Tout le monde, partout, à l’épicerie, à la magasin d’articles d’art,  au café, vraiment tout le monde me dit: “J’espère que vous profitez de ce beau temps!” Dans les premières années de ma vie en Californie, de telles remarques me laissaient perplexe. “Ben voyons donc!” que je me disais. “Pourquoi ils disent ça? Il fait beau TOUT LE TEMPS!” Maintenant, je comprends…Il y a des degrés dans le beau temps! Gens du Québec, je vous expliquerai ça un de ces jours.

Donc, j’ai visité deux cafés aujourd’hui et j’ai fait deux croquis, assise au soleil. Pas facile de se remettre au dessin…Les gens bougent tout le temps!

Puis, ce soir, un essai pour mon prochain grand projet. Une Doudou en robe de chambre…

***************

Well, I need to start sketching again. I haven’t done a drawing in such a long time!

A beautiful warm and sunny day today. Everybody, everywhere I went, at the grocery store, at the art store, at the café, everybody asked me: “You’re enjoying this wonderful weather?” When I first moved here, such remarks left me wondering…”Why are they saying this? It’s beautiful ALL THE TIME!” Now, I understand…They are degrees of beautiful weather. I’ll explain that to people back home in Quebec one day.

So, I visited two cafés today and did two sketches sitting in the sun. Going back to sketching is quite difficult…People keep moving!

Then, tonight, I tried something for my next big project. Doudou in a bathrobe…

Printer's Ink Cafe, Palo Alto

 

Peet's Cafe, Town and Country, Palo Alto

Doudou perplexe...

 

 

 

Bye APE 2011 in San Francisco!

APE 2011 in San Francisco was interesting…

Je suis contente d’avoir participé à APE 2011, à San Francisco….

Daniele, Ape 2011, San Francisco.

But now it’s time to go back to work. Here’s the beginning of a new story for Stairway Stories.

 

Mais maintenant, il faut que je me remette au travail. Le début d’une nouvelle histoire pour Histoires d’escaliers.

Que dit Doudou? "Entrez" ou "Sortez"?

 

 

Conférencière invitée à Gunn High School ce matin. Guest speaker at Gunn High School this morning.

Les albums arriveront demain. C’est ce que UPS me dit. En attendant, je prépare l’exposition de Montréal.

Conférencière invitée dans trois classes avancées de français, ce matin, à Gunn High School.  Thème: français québécois et BD. Deux classes de français AP et une classe de “Culture et littérature française”. Les étudiant du dernier groupe ont droit au café, chocolat chaud, madeleines et palmiers. Chouette prof, Mme Jensen! J’espère que les étudiants ont réussi à me comprendre malgré mon accent québécois qu’ils ne connaissent pas bien. Mais, leur français à eux est impressionnant! On a eu beaucoup de plaisir avec les textos…

Les étudiants ont pu voir, en primeur, la couverture du livre. En voici, pour les autres, un autre extrait…

A+

According to UPS, my books will be here tomorrow. Meanwhile, I’m focusing on the Montreal exhibit.

Guest speaker in three classes of advanced French today, at Gunn High School. Quebec French and cartooning. Two AP classes and one class of “Culture et littérature française”. The teacher had prepared coffee, hot chocolate, madeleines, etc, for this last class. What a teacher Mme Jensen is! I hope the students were able to understand me despite my Québec accent. However, their French is quite impressive! We had a lot of fun with texting in French…

I showed the students the cover for my new book. For the rest of you, here’s another excerpt….

A+

Pourquoi Doudou rit-elle? Why is Doudou laughing?

 

 

 

 

Façade et escaliers de la maison de Doudou et Danny.–Facade and stairways of Doudou and Danny’s house.

Toujours en train de faire la colorisation des planches. Voici une case que j’ai affichée il y a quelque temps déjà en noir et blanc.  Cette fois-ci en couleur. La façade la maison de Doudou et Danny.

Still working on colorization. Here’s a panel that I uploaded a while ago in black and white. This time in color. The facade of Doudou and Danny’s house.

D’abord en noir et blanc:

First, black and white:

What's wrong?

 

Ensuite, la couleur:

Then, color:

Ça ne va pas, Doudou?

 

 

 

 

Madeline? Non, Doudou à l’église…Madeline? No, Doudou goes to church…

Doudou s’en va à l’église avec sa classe. Voici la version couleur de cette case que j’ai montrée il y a quelques semaines en noir et blanc. J’aime beaucoup l’étape de la colorisation même si ça demande beaucoup de temps.

Aujourd’hui, en regardant la rangée de petites filles sous les arbres, je me suis dit: “Mais, c’est Madeline!” C’est que, voilà,  à cette époque, nous nous déplacions de cette façon: en rangs, deux par deux, avec une religieuse en tête de fil. Comme dans les histoires de Madeline. Mais, c’est tout ce que les aventures de Doudou et de Madeline ont en commun.

Doudou is going to church with her class. Here’s the color version of the black and white panel, I did a few weeks ago. I love coloring even if it takes a long time.

Today, while looking at the row of little girls under the trees, I thought: “This is Madeline!” In those days, this is how we traveled from school to anywhere: in rows of two little girls following our schoolteacher, a nun. Just like in Madeline‘s stories. However, the two series are quite different!

Again, the English version is not yet ready. The text is: ‘We have one of the biggest and most beautiful churches of Montreal”‘

 

Une belle église de Villeray, Montréal. A beautiful church in Villeray, Montréal.

Raisonner…Ours is not to reason why…

La dernière histoire du troisième album est terminée: crayon, encre et couleurs! Maintenant, il faut que je mette la couleur sur toutes les autres planches et que je m’attaque à la couverture. J’ai finalement choisi le titre…

Voici un extrait de cette dernière histoire dans laquelle je décline “raison”. Ici le verbe: “raisonner”. Doudou se souvient…Moi aussi.

The last story for the third book is done: pencilling, inking and coloring. Now I have to color all the other pages and and start the cover page. I finally chose the title, though…

Here’s a panel from this last story. The English translation of this last page will be tricky because this story uses a play on words. I can’t do it yet.  I need to consult my experts: Husband and children. However in this panel, Doudou is remembering a too familiar situation. She wants to stay up to watch a popular tv show. Her mom tells her to go to bed. Sounds familiar?

Arrête de raisonner!

 

 

 

 

 

Le soufflet de la Confirmation–Confirmation and the slap in the face.

Cette dernière histoire a trait à la tradition du soufflet durant la cérémonie de la Confirmation. Dans les années 1950, le sacrement de confirmation était donné aux enfants très tôt après celui de communion. Dans le cas de Doudou et Danny, ils seront confirmés une semaine après leur Première Communion. À cette époque, outre l’imposition des mains et l’onction faite avec le saint chrême, l’évêque (ou le cardinal, comme dans le cas de Doudou et Danny) donne aussi un soufflet au confirmé. Un rappel que le confirmé devient un soldat du Christ et qu’il doit être prêt à souffrir pour sa foi. C’est à la chère maîtresse d’école de Doudou que revient la tâche peu agréable de préparer les enfants au soufflet, à la petite tape au visage qu’ils recevront alors de leur évêque. Cette histoire, encore une fois, est basée sur un souvenir d’enfance. Voici deux cases en noir et blanc de cette histoire de trois pages.

Le soufflet, c'est...euh...une petite tape sur la joue.

 

 

This last story has to do with the tradition of the slap on the face during the ceremony of Confirmation. In the 1950s, children were given the sacrament of Confirmation very soon after their First Communion. For Doudou and Danny, it took place one week after their First Communion. In those days, besides  the laying on of hands and the anointment with holy oil called chrism, the bishop (the cardinal for Doudou and Danny) also gave children a little slap on the cheek. This slap was a reminder that the person being confirmed becomes a soldier of Christ and  has to be ready to suffer for his faith. It’s Doudou’s beloved school teacher who has the unpleasant task to prepare the children for the slap in the face they will get from their cardinal. This story also is based on one of my childhood memories. Here are two black and white panels from a three-page story.