Le Corbeau et la Renarde. La fraise sur le gâteau.

Le Corbeau et la Renarde. Martin est généreux.

Voici la case 5 de ma version moderne de la fable de La Fontaine, Le Corbeau et le Renard. Vous pouvez voir la première page de cette bande dessinée en six pages en cliquant ici, et le début de la page deux ici.  Martin Corbeau et Julie Renarde sont au restaurant. Martin ne veux pas partager son dessert. Mais il se sent généreux et veut bien faire un effort et en donner une toute petite partie à Julie. Mais Martin parle trop et vraiment là, il continue à s’enfoncer. Alors Julie prend une décision…

Le Corbeau et la Renarde. Fable en BD de Danièle Archambault. Case 5.

Le Corbeau et la Renarde. Fable en BD de Danièle Archambault. “…Ne voulut point se laisser faire.”

La fable commence ainsi:

Le Corbeau et la Renarde

Martin Corbeau, au resto attablé, 

Gardait pour lui seul son dessert.

Julie Renarde, de ce geste fâchée,

Ne voulut point se laisser faire.

Et la suite s’en vient…

Fables d’aujourd’hui. Le Corbeau et la Renarde. Case 4.

Le Corbeau et la Renarde. Julie n’est pas contente.

Voici la première case de la deuxième page de ma version moderne de la fable de La Fontaine, Le Corbeau et le Renard. Vous pouvez voir la première page de cette bande dessinée en six pages en cliquant ici, ce qui vous permettra aussi de comprendre pourquoi Martin Corbeau ne veut pas partager son dessert… Et la raison supplémentaire qu’il donne ici à Julie Renarde n’aidera pas la situation. Comme on dit au Québec: “Là, il s’enfonce, le gars!”

Le Corbeau et la Renarde. Fable en BD de Danièle Archambault. Case #4.

Le Corbeau et la Renarde. Fable en BD de Danièle Archambault. “… de ce geste fâchée…”

La fable commence ainsi:

Le Corbeau et la Renarde

Martin Corbeau, au resto attablé, 

Gardait pour lui seul son dessert.

Julie Renarde, de ce geste fâchée…

Et la suite s’en vient…

Histoires d’escaliers. Miche!

Nouveau personnage pour Histoires d’escaliers: Miche!

Petit croquis pour un nouveau personnage de ma série de BD Histoires d’escaliers. Elle s’appelle Miche pour l’instant. Je me suis inspirée d’une amie du même prénom… Elle sera très maligne et causera bien des problèmes à l’école. Elle suscitera ainsi l’admiration craintive des autres enfants.

La version noir et blanc:

Miche, nouveau personnage de la série de BD Histories d'escaliers. Danièle Archambault

Miche, nouveau personnage de la série de BD Histories d’escaliers. Danièle Archambault. Version noir et blanc.

La version couleur:

Miche, nouveau personnage de la série de BD Histoires d'escaliers. Danièle Archambault

Miche, nouveau personnage de la série de BD Histoires d’escaliers. Danièle Archambault. Version couleur.

Fables d’aujourd’hui. Le Corbeau et la Renarde. Le dessert

Martin Corbeau et Julie Renarde.

La première planche au complet. On peut y lire les deux premiers vers de la fable. Et voilà, on voit où ça s’en va. Martin Corbeau veut garder son dessert-fromage pour lui tout seul, question de faciliter le partage de l’addition. Qu’en pense Julie Renarde?

La première planche de la fable moderne Le Corbeau et la Renarde. BD de Danièle Archambault.

Fable Le Corbeau et la Renarde. Planche 1.BD de Danièle Archambault

P.S. Certains d’entre vous reconnaîtront quelques-uns des clients attablés.

Fables d’aujourd’hui. Le Corbeau et la Renarde. La bouffe.

Le Corbeau et la Renarde.

Voici le début de cette fable, version moderne de la fable Le Corbeau et le Renard dont j’ai gardé le thème: la flatterie. L’histoire a pour cadre un restaurant de Montréal.Une histoire en six pages qui présente mon adaptation des vers de Jean de La Fontaine ainsi que des dialogues.

Il y a quelques jours, je présentais la case titre. La voici de nouveau avec cette fois-ci les cases un et deux.

 

Le Corbeau et la Renarde. Premières cases. BD de Danièle Archambault

Les premières cases de la fable Le Corbeau et la Renarde. BD de Danièle Archambault

Fables d’aujourd’hui. Le Corbeau et la Renarde.

Le Corbeau et la Renarde.

Voici la case titre de la deuxième histoire de ma série Fables d’aujourd’hui. La première fable de cette série, intitulée Le Renard, Le Loup et les Raisins, était basée sur celle de La Fontaine Le Renard et les Raisins, dont elle gardait le même thème: mépriser ce qu’on ne peut obtenir.

Cette fois-ci, il s’agit d’une version moderne de la fable Le Corbeau et le Renard. J’en ai gardé le même thème, la flatterie, et j’ai situé l’histoire dans un restaurant branché de Montréal.  L’histoire se décline en six pages que vous découvrirez au fil des semaines sur mon blog.

Case titre de la fable Le Corbeau et la Renarde. Danièle Archambault.

J’ai soumis cette fable au Concours de BD Hachette Canada 2012 dont le thème était La Bouffe. Je n’ai pas gagné, malheureusement, mais de participer au concours m’a donné le petit coup de pouce dont j’avais besoin pour reprendre cette série. Les gagnants ont été dévoilés dans le cadre du Festival de BD de Montréal. L’album sortira à l’automne prochain.

 

Québec-California

Mon album de bande dessinée Québec-California s’en vient!

C’est la course finale! Mon quatrième album de bande dessinée est presque (presque…) prêt à être envoyé chez l’imprimeur! Il sera prêt, je l’espère pour le Festival de bande dessinée de Montréal! Voici un extrait de la couverture…

My book Québec-California is coming soon!

Final rush! I’m almost ready to send my fourth comic book to the printer. Almost! I hope it’s gonna be ready for the Festival de bande dessinée de Montréal (Montreal Comic Book Festival).  Here’s a glimpse at the book cover.

Album de bande dessinée Québec-California. Danièle Archambault.

Album de bande dessinée Québec-California. Danièle Archambault.

 

Lundi, jour de lavage.

Lundi, jour de lavage. Histoires d’escaliers.

(The English version is coming very soon!)

J’ai été occupée par toute une variété de projets ces derniers mois, mais j’arrive quand même à travailler un peu (trop peu à mon goût) sur le quatrième album de la série Histoires d’escaliers.  Voici la toute première planche de cette nouvelle série d’histoires. Un lundi midi d’automne bien typique. Il pleut et c’est jour de lavage…

À l’époque de Doudou et Danny, les enfants revenaient manger à la maison sur l’heure du dîner. On marchait beaucoup à cette époque. J’habitais à environ un mille de l’école (sans blague!) et une bonne partie du temps que j’avais pour aller dîner chez moi était prise par cette marche entre la maison et l’école. Doudou et Danny sont dans la même situation. Comme ils vont à la même école (même s’ils ne sont pas dans la même classe), ils font le trajet ensemble et en profitent pour se parler de l’école, de la vie, de leurs joies et de leurs soucis…

En ce lundi d’automne, la maîtresse d’école de Doudou, aborde le sujet des vocations avec ses élèves. Elle y parlera bien sûr de la vocation religieuse, de la vocation d’enseignante, ou encore d’infirmière…On ne parle pas vraiment de métiers aux petites filles à cette époque.  Mais, aujourd’hui, Soeur Saint-Guy-Martyr a décidé de parler d’abord aux enfants de la plus importante des vocations pour les femmes dans le Québec des années 1950 : mère de famille! Et qui est mieux placée pour expliquer aux petites filles le rôle important de la mère dans les foyers du Québec, que leur maman elle-même? Ses petites élèvent partent dont, ce midi-là, chez elles avec un devoir bien surprenant : parler à leur mère de leur rôle unique dans la société.

Histoires d'escaliers. Lundi, jour de lavage.

Lundi, jour de lavage et jour de pluie. Histoires d'escaliers.

La moulin à linge chez Doudou–Doudou’s washing machine

Le moulin à linge chez Doudou

Voilà! Le mot est lâché! Dans les années 1950, le terme pour désigner l’appareil qui servait à laver les vêtements n’était ni une “laveuse”, ni une “lessiveuse”. On parlait parfois de “machine à laver” mais aussi, très souvent, de “moulin à linge”. On retrouvait aussi ce terme de “moulin” pour la couture dans “moulin à coudre”, qui est aussi devenu “machine à coudre”. D’autres se souviendront aussi du “petit moulin à viande” (hache-viande) qui servait (et sert encore chez moi) à hacher les reste de viande.

Voici la version couleur de la case montrant la cuisine de Doudou. J’y fais encore des changements.

La laveuse dans les années 1950

Le moulin à linge chez Doudou.

The washing machine at Doudou’s house

In the 1950s, a washing machine was called “un moulin à linge” (“mill”) and also “une machine à laver” (“machine”). Now, people are more likely to use “laveuse” or “lessiveuse”. The term “moulin” was very productive and could be used for other devices like “moulin à coudre” (sewing machine) and “moulin à viande” (meat-grinder).

Here’s the color version of the panel showing Doudou’s kitchen. I’m still working on it. Doudou’s mom is saying: “Ba careful, Doudou! There’s some clothes soaking in the sink.”