Clennedaques, la Sainte-Catherine et Marguerite Bourgeoys.

Fêter la Sainte-Catherine à l’école dans les années 1950

Aujourd’hui, 25 novembre c’est la Sainte-Catherine ! Même si maintenant on ne célèbre plus cette fête dans les écoles du Québec, elle était dans les années 1950 très populaire auprès des élèves et des institutrices. Chez nous, on la fête encore, mais pour des raisons personnelles.

L’album de BD Une année de célébrations de la série Histoires d’escaliers.

Voici une histoire sur la Sainte-Catherine à l’école, un extrait de mon dernier album Une année de célébrations de la série de bandes dessinées Histoires d’escaliers. Les histoires ont pour cadre les principales fêtes célébrées au Québec, à la fin des années 1950. La série Histoires d’escaliers met en scène deux jeunes enfants francophones, Doudou et Danny, ainsi que leurs amis, dans le Montréal de la Grande Noirceur, les dernières années précédant la Révolution tranquille. Le livre offre une lecture à deux niveaux. Les pages de bandes dessinées racontent de façon humoristique un aspect particulier des fêtes, tel que vu et compris par les jeunes enfants. De courts textes informatifs accompagnent les histoires et permettent de mieux situer les célébrations dans leur contexte politique, social ou encore historique.

La Sainte Catherine à l’école

La tradition de fêter, le 25 novembre, la Sainte-Catherine dans les écoles au Canada français remonte à très loin, peut-être même au début de la colonie. Cependant, elle n’a rien à voir avec celle de se moquer des jeunes filles célibataires de 25 ans et plus, ces Catherinettes qui coiffaient ce jour-là, Sainte-Catherine. En effet, la fête célébrée dans les écoles était en l’honneur de Marguerite Bourgeoys, première institutrice au Canada. L’histoire raconte qu’elle aurait fabriqué des friandises à la mélasse pour attirer les jeunes enfants à son école. La Sainte-Catherine était donc l’occasion d’organiser dans les classes de petites (ou grandes) fêtes et de fabriquer et manger de la tire Sainte-Catherine. Ces bonbons, faits dans les familles ou achetés au magasin, portaient aussi d’autres noms tels que « clennedaques » et « Kiss ». Si dans les années 1950, la Sainte-Catherine est largement célébrée dans les écoles, ce n’est plus cas aujourd’hui.

Un petit mot sur le vocabulaire:

Clennedaque, tire à la mélasse, tire Sainte-Catherine : friandise faite à base de mélasse. Le mot tire vient du fait que, une fois le mélange refroidi, il faut bien l’étirer avant de le couper en petits morceaux. Les bonbons sont alors enveloppés dans des papillotes. On les appelle aussi clennedaques (prononciation francisée du mot Klondyke, nom d’une marque de commerce du bonbon) et kiss. Ces friandises sont très populaires aussi à l’Halloween. Cette tire est différente de la tire d’érable, qui, elle, est faite à partir d’eau d’érable bouillie

La Sainte-Catherine à l'école. Page 1. Danièle Archambault

La Sainte-Catherine à l’école. Page 1. Danièle Archambault

La Sainte-Catherine à l'école. Page 2. Danièle Archambault

La Sainte-Catherine à l’école. Page 2. Danièle Archambault

Cartooning Open Studio with Daniele Archambault

A Cartooning Open Studio, Thursday, February 18, 2016.

This is a free event fro adults, 16 years and older. Let’s meet in Studio U-7 at the Cubberley Community Center in Palo Alto.

Directions and map: http://www.cityofpaloalto.org/gov/depts/csd/studios/map.asp

Cartooning Open Studio. Daniele Archambault

Cartooning Open Studio. Daniele Archambault

La bande dessinée comme outil d’apprentissage de la langue et de la culture française

La bande dessinée dans les classes de français.

Petite surprise dans le courrier ce matin. Mon article dans le bulletin national de l’American Association of Teachers of French. Ça fait plaisir…

Article sur la BD dans l'enseignement du français.

Article sur la BD dans l’enseignement du français.

The Birthday Girl is Sick!

The birthday girl is sick.

I have been sick for the last two weeks. Sinus infection, ear infection and some problems with my right lung. My symptoms? I have a terrible runny nose, I spit, I cough, and I am almost deaf. Luckily, I have no visitors and I can walk around the house in my pajamas, with my box of tissues and my throat losanges.

Today is my birthday. I don’t want to say my age. It’s enough to say that I am not 20 years old anymore and neither is my youngest child. I live far away from my family and friends, so I like to know that they don’t forget me. Especially today.

A few years ago, I used to receive birthday cards and birthday phone calls. I loved it. Of course these days,  it’s even better. There is Facetime, Google video, Skype, etc. Even if we live far away from the people we love, we can still talk to them like if they were in our living room. It’s great to be able to see each other.

This is why, I would like to say to all my friends who were extremely nice to call me this morning to wish me Happy Birthday and who got this image on their screen:

The birthday girl is sick.

The birthday girl is sick.

I AM TERRIBLY SORRY!!!

I would like you know that I finally took a shower, and I washed and brushed my hair. I put on nice clothes and some jewelry. I even put on make-up.

So, please…

The Birthday Girl is sick. Part 2.

The Birthday Girl is sick. Part 2.

Bonne fête… malade.

Les souhaits du matin

Je suis malade depuis près de deux semaines. Sinusite, otite et problèmes au poumon droit. Mes symptômes? Je mouche, je crache, je tousse et je n’entends presque rien. Heureusement, je n’ai pas de visite et je peux me promener dans la maison en mou, en traînant ma boîte de papier mouchoir et mes pastilles.

Aujourd’hui, c’est ma fête, mon anniversaire de naissance. Je ne veux pas dire mon âge, c’est personnel. Il suffit de dire que, non seulement je ‘ai plus vingt ans, mais  le plus jeune de mes enfants n’a plus 20 ans, non plus. Je vis loin de ma famille et de beaucoup de mes amis et amies, alors j’aime bien savoir qu’on ne m’oublie pas.

Avant, il y a bien des années, je recevais des souhaits de fête par la poste et par téléphone. C’était bien. Mais aujourd’hui, c’est encore mieux. Il y a Facetime, Skype, Google vidéo, etc. Même si on vit très loin d’eux, nos êtres chers peuvent nous  parler comme s’ils étaient dans notre salon, ils peuvent partager notre intimité. C’est gai de  pouvoir se voir…

C’est pour cela que je voudrais dire à tous mes amis et amies qui ont eu la gentillesse de m’appeler ce matin pour me souhaiter un bon anniversaire et qui ont eu cette image sur leur écran:

Bonne fête Danièle!

Bonne fête Danièle!

JE SUIS DÉSOLÉEE!!!

Je voudrais aussi vous dire que je suis finalement allée prendre ma douche et je me suis fait un brushing. J’ai mis un beau chandail, quelques bijoux. Je me suis même maquillée.

Faque…

Bonne fête, Danièle (suite)

Bonne fête, Danièle (suite)

Escaliers et balcons pour un nouveau projet BD

Montréal en hiver. Projet BD.

En plein coeur de l’été, alors qu’il fait très chaud, je travaille sur un décor pour un nouveau projet de bande dessinée. Et comme c’est à Montréal, ben, il y a des escaliers et des balcons.

Escaliers de Montréal. Projets BD.

Escaliers de Montréal. Projets BD.

Escaliers et balcons. Montréal.

Escaliers et balcons. Montréal.

La bande dessinée comme outil d’apprentissage de la culture et de la langue française. Congrès de l’AATF, au Saguenay

La bande dessinée pour apprendre le français.

AATF-Saguenay

Et voilà! Je suis au Saguenay pour quelques jours. Je participe au congrès national de l’AATF (American Association of Teachers of French). Je prends la parole ce matin. Une présentation d’une heure, dont voici le résumé :

La bande dessinée comme outil d’apprentissage de la langue et de la culture française. De l’album papier à la version numérique. Danièle Archambault, Ph.D.

La bande dessinée, mode d’expression littéraire et artistique, se retrouve de plus en plus souvent au programme des cours de français langue seconde, et ce, à tous les cycles d’étude. La complémentarité des aspects visuel et narratif fait de la bande dessinée un outil pédagogique de choix. Alors que la lecture des différents types de bande dessinée constitue une fenêtre privilégiée sur la culture et la langue des diverses communautés francophones, la création même d’une page de BD permet aux élèves de mettre en pratique leurs connaissances du français de façon ludique. Dans le cadre de cette présentation, nous examinerons différentes façons d’intégrer avec succès ce médium dans le cadre scolaire, et ce, dans ses versions traditionnelles, en album papier et plus modernes, en version numérique.

Dans le cadre de cette présentation, Danièle Archambault, linguiste (Ph.D. linguistique, Université de Montréal) et bédéiste passera en revue les différents avantages qu’offre la bande dessinée dans l’apprentissage du français langue seconde, et ce, aux différents cycles scolaires. La bande dessinée par l’utilisation complémentaire des aspects visuel et narratif permet à l’apprenant un accès privilégié au contenu culturel, un apprentissage ludique des aspects linguistiques ainsi que l’acquisition de compétences langagières importantes, tant au niveau de l’écrit que de l’oral. Après avoir brossé un tableau rapide de l’univers de la bande dessinée francophone, l’auteure en expliquera les différentes formes et donnera un aperçu de ses composantes essentielles ainsi que des techniques qui la caractérise. La bande dessinée possède également une iconographie et un langage qui lui sont propres et qu’il est nécessaire de connaître pour être en mesure de lire et décoder non seulement le texte, mais aussi l’image. L’auteure se penchera ensuite sur les façons d’utiliser la bande dessinée en classe et sur les conditions de réussite d’un tel projet. Elle présentera également les nombreux bénéfices qu’offre l’utilisation de la bande dessinée numérique. Elle décrira en particulier un projet pédagogique qu’elle a mis sur pied conjointement avec un professeur de français, Mme Anne Dumontier, pour une classe d’élèves de Français 2, à Palo Alto, en Californie. Les élèves de cette classe de français langue seconde ont eu l’opportunité de s’initier à la bande dessinée (BD) et au monde du livre numérique tout en mettant en pratique leur connaissance de la langue française.      L’auteure proposera ensuite des outils, des matériaux et des références qui sauront être utiles aux enseignants intéressés par la bande dessinée dans un but didactique.

 

 

Open Studio this coming week-end!

Open Studio this coming week-end!

May 2 & 3 2015

11 am to 5 pm

Studio E-6
My studio is open to the public for this coming weekend as part of the Silicon Valley Open Studios event. I will be showing recent and new work-in-progress. Artwork, prints on metal, quality paper prints and greeting cards will be for sale. Stop by the Cubberley Community Center, 4000 Middlefield Road, Palo Alto.  Take this opportunity to also visit the studios of 22 artists, part of the Cubberley Artist Studio Program.

Juin à Montréal-June in Montreal

Juin à Montréal-June in Montrea