Journée internationale de la femme 2014

Les clefs de notre enfance

Pour la Journée internationale de la femme 2014, les Nations Unies ont choisi le thème suivant:

L’égalité pour toutes les femmes, c’est le progrès pour toutes et pour tous

Dans une optique similaire, la Fédération des femmes du Québec, quant à elle, a retenu un thème portant sur les espaces conquis par les femmes au fil des ans, dans la société :

Des clés à la portée de toutes 

Je pense que la première clé que j’ai possédée est celle de mes patins à roulettes. Et à cette époque, le mot s’écrivait sans accent et avec un “f” à la fin”.  Une orthographe plus éloignée de la prononciation du mot, mais bien jolie.

Au printemps, lorsque les trottoirs devenaient finalement secs, nous pouvions enfin sortir nos patins à roulettes. Des patins en métal lourd, quasi indestructibles, extensibles, ajustables aux différentes tailles de pieds, et qui, pour ces raisons, se passaient d’un enfant à l’autre, d’une génération à une autre. Nos patins à roulettes aux pieds, nous organisions des concours de vitesse et d’acrobatie, bien sûr, mais aussi des expéditions autour du bloc qui, dans notre imagination, prenaient des airs de grands voyages autour du monde, remplis d’aventures extraordinaires.

Mais il y avait un élément indispensable qui accompagnait les patins : la clef !

La clé qui permettait d’allonger ou de rapetisser les patins et surtout de bien les faire tenir au pied. Des courroies de cuir permettaient d’attacher les patins au cou du pied, mais ce sont les crochets larges près du bout du pied qui les retenaient solidement aux souliers, grâce à la fameuse clé ! En tournant la clé, les crochets se resserraient et s’accrochaient comme des petits étaux à la semelle des souliers. La clé était donc essentielle ! Mais elle était facile à perdre, comme toutes les clefs. Et c’est pour cette raison que nous l’attachions à un grand lacet, ce qui nous permettait alors de suspendre la clé autour de notre cou.

Alors, clé au cou, patins aux pieds, nous étions libres de nous inventer des aventures à la mesure de notre imagination, sur les trottoirs de Montréal. Et ainsi, pensions-nous, le monde nous appartenait !

Les clefs de notre enfance

Les clefs de notre enfance. Journée internationale de la femme 2014

La violence à l’égard des femmes

L’année dernière, le thème de la Journée Internationale de la femme portait sur la violence à l’égard de celles-ci. Pour l’occasion, j’avais créé une petite bande dessinée et écrit un billet décrivant le souvenir à l’origine de mon histoire. Voici de nouveau cette petite BD :

Pour la Journée internationale des femmes, 2013

Pour la Journée internationale des femmes, 2013

 

Journée internationale de la femme 2013.

Mettre fin à la violence à l’égard des femmes

Cette année, pour la Journée internationale de la femme 2013,  les Nations Unies ont retenu un thème qui est malheureusement toujours d’actualité:

« Une promesse est une promesse : il est temps de passer à l’action pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes ».

Le thème retenu par le Canada s’inscrit dans l’optique générale de celle des Nations Unies.

Condition féminine Canada: « Travaillons ensemble : engager les hommes dans l’élimination de la violence faite aux femmes ».

Le Conseil du statut de la femme du Québec propose une série d’activités pour célébrer l’évènement.

Le thème m’a inspiré une petite histoire, basée encore une fois sur un souvenir d’enfance. Les personnages de ma série Histoires d’escaliers, Doudou, Danny, le cousin Michel, la grande amie Marion, et l’ennemie-amie Marion font face une situation de violence familiale. Il me semble que ce genre de violence, malheureusement, se retrouvait assez fréquemment autour de nous quand nous étions jeunes. Les enfants en faisaient souvent les frais. Mais j’ai souvenir d’une famille en particulier, d’une camarade du cours primaire, une voisine de quartier… Cette camarade de classe, comme la « Gaëtane » de mon histoire, subissait  non seulement la violence de ses parents, mais aussi celle de ses frères plus vieux. Elle oscillait d’ailleurs elle-même, à ma grande surprise,  entre la brutalité méchante et l’affection débordante envers sa soeur plus jeune. La violence envers les femmes s’apprend jeune…

Pour la Journée internationale des femmes, 2013

Pour la Journée internationale des femmes, 2013

Glossaire:

Pour tous ceux et celles, francophones et francophiles, qui pourraient ne pas comprendre certaines des expressions de l’histoire:

A’ vas s’faire pocher, pareil: « Elle va quand même perdre (… toutes ses billes) ».

Si tu veux pas manger une claque: « Si tu ne veux pas te faire gifler ».

… de fesser dessus : « … de la frapper (très fort) ».

Batteurs de femmes : « Ceux qui battent les femmes ».