Fête du Travail et rentrée des classes

C’est la fête du Travail, un jour de congé, et Doudou et ses amis de la série Histoires d’escaliers ne sont pas heureux. Pourquoi donc ? Selon eux, ce jour n’a pas vraiment les caractéristiques d’une fête…

Fête du Travail et rentrée des classes (1958). Danièle Archambault
Fête du Travail et rentrée des classes (1958). Danièle Archambault

Eh oui, la rentrée des classes qui en 1958 a lieu le lendemain de la fête du Travail dans les écoles catholiques du Québec, arrive toujours trop tôt pour les enfants.

La rentrée scolaire arrive toujours trop tôt pour les enfants.

Extrait de l’album BD Histoires d’escaliers. Une année de célébrations, paru en 2017, Un recueil de courtes histoires et d’illustrations ayant pour sujet les principales fêtes célébrées au Québec, à la fin des années 1950. Vous pouvez aussi retrouver une partie du texte sur la fête du Travail dans ce billet paru en 2017: La fête du Travail en 1958. La rentrée des classes.

La BD en classe de français


 La BD en classe de français
Jeudi 28 mars 2019
18 h 30 à 21 h 30
CASP ArtLab (Cubberley Community Center, Salle U-7)
4000 Middlefield Rd, Palo Alto

Présentée pendant deux mois à l’Alliance française de San Francisco, l’exposition La BD en classe de françaisdéménage maintenant à Palo Alto… pour un soir seulement.  L’exposition comprend une collection de 40 planches de BD créées de 2013 à 2018, par des élèves en classes de français du lycée Gunn High School, à Palo Alto. Les travaux d’élèves ont été réalisés dans le cadre du programme Langue et culture française par la BD, un programme éducatif mis sur pied conjointement par Danièle Archambault, Ph.D., linguiste et bédéiste et par Anne Dumontier, prof de français, à Gunn High School.

Durant cette soirée, les visiteurs auront le loisir de créer leur propre BD en utilisant le matériel de dessin mis à leur disposition.

Danièle Archambault. En cases et en bulles. Exposition BD à l’Alliance française de San Francisco

Exposition BD

Daniele Archambault. En cases et en bulles.

Daniele Archambault. En cases et en bulles.

Communiqué

Danièle Archambault. En cases et en bulles.

Exposition de Danièle Archambault, linguiste et bédéiste, à l’Alliance française de San Francisco.

Palo Alto, CA (USA) 7 janvier 2019 — En cases et en bulles : une exposition de la linguiste et bédéiste d’origine montréalaise, Danièle Archambault, du 1er au 31 janvier 2019, à l’Alliance française de San Francisco, 1335 Bush Street, San Francisco, à l’occasion du mois de la BD. Une trentaine d’illustrations, de pages couvertures, de planches BD… Une exposition qui raconte les personnages, les lieux et les décors que l’on retrouve dans les séries de BD et de romans graphiques Histoires d’escaliers, Québec-California, la Sobriété volontaire.

L’aspect éducatif est au cœur du travail de Mme Archambault, tant dans ses bandes dessinées, ses conférences que dans ses ateliers. Elle a d’ailleurs mis sur pied, il y a plus de six ans, en collaboration avec Mme Anne Dumontier, institutrice, le programme « Langue et culture française par la BD ». La BD en classe de français accompagne l’exposition principale. Anne Dumontier et Danièle Archambault y présentent une sélection de planches de BD créées par des élèves en classes de français du lycée Gunn High School, à Palo Alto, dans le cadre du volet scolaire de leur programme.

Invitation au vernissage : Venez vous joindre à nous pour le vernissage des expositions Danièle Archambault, en cases et en bulleset La BD en classe de français, le 10 janvier à 18 h, à l’Alliance française de San Francisco. Pour information et inscription : Vernissage

Conférence et atelier : Le jeudi, 24 janvier 2019, Danièle Archambault et Anne Dumontier donneront une conférence et un atelier intitulé French Language and Culture through Visual Storytelling. L’évènement est en français. Les places sont limitées. Pour information et inscription :  Conférence et atelier

Information générale sur le site de l’Alliance française à San Francisco

 

Danièle Archambault Open Studio. November 10, 2018

Come visit me in Studio F-3. Cubberley Community Center, Palo Alto, CA 94303.

Schedule: CASP Artists’ presentation: 1-2 PM, Room H-1. Open Studios: 2-4 pm.

My studio F-3 is open to the public this coming weekend as part of the CASP Fall 2018 Open Studios event. I will be showing recent and new work-in-progress. Artwork, calendars, prints on metal, quality paper prints and greeting cards will be for sale. Come find out about my new community projects, my classes, workshops and talks. Stop by the Cubberley Community Center, 4000 Middlefield Road, Palo Alto. Take this opportunity to also visit the studios of 21 artists, part of the Cubberley Artist Studio Program. The event is kid & dog-friendly, there are bike racks, ample parking and it is handicap accessible.

Map and direction.

Daniele Archambault 2018 Open Studio

Daniele Archambault 2018 Open Studio

Une entrevue sur la sobriété volontaire à l’émission Banc public, Télé-Québec

Parler de la sobriété volontaire

Danièle Archambault discute de sobriété volontaire avec Guylaine Tremblay pour l'émission Banc public, TéléQuébec.

Danièle Archambault discute de sobriété volontaire avec Guylaine Tremblay pour l’émission Banc public, Télé-Québec.

Je serai en entrevue au magazine télévisuel Banc public, animé par Guylaine Tremblay, à Télé-Québec. Une émission sur la sobriété volontaire. J’y parle de mon expérience, de mon blogue Une année sans alcool et de mon roman graphique La sobriété volontaire. Une année sans alcool.

Épisode diffusé le jeudi 2 août à 19 h 30. En rappel : vendredi 22 h 30/dimanche 19 h 30 /lundi 13 h 30

Un 24 juin au Québec en 1959. Fêter le Québec et le Canada… français.

C’est la Saint-Jean-Baptiste !

Le texte suivant, ainsi que les illustrations sont des extraits de ma bande dessinée Une année de célébrations, dernier album de la série Histoires d’escaliers. L’album est un recueil de courtes histoires, d’illustrations et de textes informatifs ayant pour sujet les principales fêtes célébrées au Québec, à la fin des années 1950.

Défilé de la Saint-Jean-Baptiste. Montréal, fin des années 1950. Danièle Archambault

Défilé de la Saint-Jean-Baptiste. Montréal, fin des années 1950. Danièle Archambault

Au Québec, en 1959, la fête de la Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin, marque la fin des classes et la célébration de la fête nationale des Canadiens français. Dès le début de la Nouvelle-France, on célébrait la Saint-Jean, fête importée d’Europe par les colons français. En 1834, sous l’influence de Ludger Duvernay, on adopte saint Jean-Baptiste comme patron des Canadiens français. La Société Saint-Jean-Baptiste est fondée et les fêtes de la Saint-Jean prendront alors aussi une signification nationale. C’est en 1843 qu’a lieu le premier défilé de grande envergure à Montréal. La Saint-Jean-Baptiste est fêtée partout au Canada français et même aux États-Unis. En 1925, la Saint-Jean est finalement déclarée par le gouvernement fête officielle et jour férié. À la fin des années 1950, la fête a pris des dimensions importantes et son programme d’activités s’étend sur trois jours au moins. En 1977, le gouvernement du Québec proclame le 24 juin Fête nationale du Québec. Dans la langue populaire, la fête continue de s’appeler « la Saint-Jean ».

 Vivre au Québec avec pour patrie le Canada français !

La Saint-Jean-Baptiste est une fête patriotique, la fête des Canadiens français partout en Amérique. Les défilés affichent des thèmes qui reflètent la devise du Québec : « Je me souviens ». On y rappelle l’origine française du Canada, on célèbre nos héros canadiens-français, nos légendes, nos contes, notre folklore et bien sûr, notre foi catholique. Les termes de foi, langue et patrie sont au centre des célébrations. À la fin des années 1950, le mouvement indépendantiste commence à prendre forme, mais la patrie est encore pour une grande partie de la population, le Canada, le Canada français. 

Vive la Canadienne. Québec, années 1950. Danièle Archambault

Vive la Canadienne. Québec, années 1950. Danièle Archambault

Les enfants agitent le drapeau québécois, en fredonnant des chansons aux thèmes, eux, canadiens. Le Québec a déjà son drapeau depuis 1948, adopté sous le gouvernement de Maurice Duplessis. Le Canada devra encore attendre un peu. Fait intéressant, au milieu du XIXe siècle, la Société Saint-Jean-Baptiste avait choisi comme hymne, la chanson « La claire fontaine ». Mais,  en 1880, la Société commande un hymne spécial pour la fête de la Saint-Jean. Ce sera « Ô Canada », paroles de Basile Routhier et musique de Calixa Lavallée. Cette chanson deviendra l’hymne national du Canada.

Artists’ Book and eBook Presentation of the Veterans Day 2017 Collaborative Comic Book Project

Artists’ Book and eBook Presentation 

You are warmly invited to the Artists’ Book and eBook Presentation of the Veterans Day 2017 Collaborative Comic Book Project, Saturday, March 24, 2018. 1:30-3:30pm, Cubberley Community Center-Room U-7, 4000 Middlefield Rd., Palo Alto, CA94303

Artists’ Book and eBook Presentation of the Veterans Day 2017 Collaborative Comic Book Project

Artists’ Book and eBook Presentation of the Veterans Day 2017 Collaborative Comic Book Project

In 2017, the traditional CASP Meet the Artists of Cubberley event occurred on November 11, Veterans Day, a public holiday in the US and other parts of the world that celebrates and honors military veterans.  For this occasion, we invited the community to participate in a Collaborative Comic Book Project, as a way to Collectively Remembering and Saying Thanks to our veterans.

The community responded enthusiastically to our invitation. We collected 90 pages of short comic strips, written by adults, students and children, who generously contributed their time, art and personal stories to this project. The original pages, created on a special 8.5×5.5 page of archival paper, have been bound into an artists’ book: a series of three books – Stories, Memories and Imageries. It was edited, printed, and hand-bound by Danièle Archambault, Servane Briand and Paloma Lucas at Cubberley Artist Studios in Palo Alto, California. The pages have also been scanned for digital archives and assembled into and eBook available for all online.

Cubberley artists open studios

This event is part of the 4th Annual Cubberley Day. Over twelve participating Cubberley artists will host open studios and art activities and workshops from 11am to 1pm. Please, visit me in Studio F-3

Cubbereley Day

Cubbereley Day

Cubberley Studios Map

Cubberley Studios Map

La fête des Rois et le temps des Fêtes.

Fête des Rois et temps des Fêtes.

Traditionnellement, le temps des Fêtes, commencé la veille de Noël, se termine avec la fête des Rois (l’Épiphanie), le six janvier. À l’époque de Doudou et Danny, dans les années 1950, aux Rois, les familles vont d’abord à la messe le matin, car jusque dans les années 1960, l’Épiphanie est une fête d’obligation pour les catholiques. Le reste de la journée se passe à visiter ou à recevoir parents et amis. On offre souvent un verre de vin sucré accompagné de beignes maison. La tradition de la galette des Rois est connue au Canada français, mais peu observée. Dans beaucoup de familles, les mères remplacent la fève dans la galette, par un jujube dans un gâteau. La personne qui trouve la fève ou le jujube devient roi ou reine et peut choisir son roi ou sa reine. On ne gagne pas grand-chose à devenir cette royauté pour la journée. Chez moi, si c’était une fille, elle avait congé de vaisselle. Mais le roi et la reine coiffent une couronne en carton et parfois les enfants jouent au jeu : « Je vous salue mon roi sans rire ni sourire ». C’est une journée gaie et triste à la fois pour les enfants, car elle marque la fin des vacances des Fêtes. En effet, les enfants qui étaient en congé depuis le 23 décembre retournent à l’école le 7 janvier. 

Extraits de mon album BD Histoires d’escaliers. Une année de célébrations. 

La galette des Rois a gagné en popularité dans les dernières années au Québec et on trouve facilement la galette traditionnelle dans bien des pâtisseries, ou encore, on la prépare à la maison.

L’histoire suivante met en scène Doudou, Danny et Bébé Guy, le jeune frère de Danny. Bébé Guy a toujours une façon bien à lui de comprendre le monde qui l’entoure. Il est jeune et un peu poète.

Les Rois-Histoires d'escaliers. Danièle Archambault

Les Rois-Histoires d’escaliers. Danièle Archambault

Les petits souliers du jour de l’An.

Une coutume du 31décembre.

Au Québec, dans les années 1950, le temps des Fêtes s’étire jusqu’au 6 janvier.

[…] Le soir du 31 décembre, on se prépare pour le réveillon du jour de l’An. Encore une fois, on célèbre en famille, entre amis, entre voisins. Une grosse fête avec musique, chansons, danses, blagues et un festin traditionnel. Dès qu’on le peut, on couche les enfants, à plusieurs par lit, et la fête se poursuit entre adultes jusqu’au petit matin. Les enfants ont pris soin la veille, ou bien de suspendre un bas sur le côté de l’escalier, ou au-dessus du foyer, ou encore de déposer leurs petits souliers sous le sapin. Le matin du jour de l’An est marqué par la tradition de la bénédiction paternelle. L’aîné des enfants demande au père de bénir la famille. La tradition est encore respectée dans les années 1950, mais disparaitra graduellement dans les décennies suivantes. Le jour de l’An est la fête la plus importante du temps des Fêtes dans les familles canadiennes-françaises. Noël fut pendant longtemps une fête essentiellement religieuse, sans cadeaux. Le jour de l’An (la Circoncision) est une grande fête familiale marquée par un grand souper traditionnel, le souper du jour de l’An, qui a lieu habituellement chez les grands-parents, et la remise des étrennes.[…] Extrait de mon album BD Histoires d’escaliers. Une année de célébrations.

Dans ma famille, ce sont nos souliers que nous alignions sous le sapin de Noël, le soir du 31 décembre. Au matin, on y trouvait des fruits, des bonbons, des chocolats… Il n’y avait jamais assez de friandises à notre goût et un peu trop de fruits, comme dans cette histoire tirée aussi de l’album BD.

Petits souliers du jour de l'An. Danièle Archambault

Petits souliers du jour de l’An. Danièle Archambault